MAI 2019



AVEC 9 000 PERSONNES, LA TROISIÈME ÉDITION DU MONDIAL DE LA BIÈRE REMPORTE SON PARI(S) !

En débarquant au Parc Floral, le Mondial de la Bière lançait la première grande fête populaire parisienne juste avant l’été. Atmosphère hypercool autour de la craft beer, bonne bouffe, musique live : affluence record, pari gagné, Paris conquis ! Bilan d’un succès.

60 BRASSEURS SOUS PRESSION
« Rupture de stock » : c’est ce qu’on entendait le plus au soir du 18 mai. La pluie avait épargné le Parc Floral, mais le public avait en revanche ruisselé de 11 heures à 22 heures à la découverte des centaines de bières proposées par les 60 exposants du Mondial. Beaucoup, comme La Choulette, Two Dudes et Saveur Bière ont même dû faire l’aller-retour dans la nuit pour ravitailler leur stand du dimanche… et sont repartis à vide le soir même. Des dizaines d’hectolitres, certes, « mais un public hyperattentif, hypercurieux, note le Californien Cory Linstrum, brasseur depuis un an et demi de la brasserie Sulauze, à Miramas (Bouches-du-Rhône). C’est même la première fois que je rencontre un public aussi large en termes de spectre, mais avec une même envie de comprendre notre travail. Bref, c’est génial ! »

GÉNÉRATION EN OR
« Il se passe quelque chose chez les brasseurs français, non ? » constatait la grande pâtissière Claire Heitzler, de passage au Mondial, et grande amatrice de bière. « C’est aromatiquement plus mature, plus précis. » Pour lui donner raison, deux jeunes brasseries parisiennes ont raflé 3 médailles d’or au concours MBière : Paname Brewing Co. pour sa Bête noire, et surtout Fauve, la petite dernière, qui vient à peine d’ouvrir son brewpub et remporte deux médailles d’or d’un coup pour son IPA et sa stout à la framboise. Les Estoniens de Põhjala repartent aussi avec une médaille d’or pour leur CocoBänger. Quant aux fameux Suédois d’Omnipollo, leur Lorelei, ultra-complexe, décroche la seule médaille de Platine. Cinquante bières étaient inscrites à ce concours de dégustation à l’aveugle par un jury international. Ça donne le ton.

GOOD FOOD, COOL VIBES
Kikesa : retenez bien le nom de ce rappeur, génération Orelsan. Il a ouvert le Mondial de la Bière le vendredi à 21 heures sur la scène proposée en partenariat avec Ninkasi Musik Lab et a surtout mis sur orbite le Parc Floral. Le lendemain, Claire Days, tout en douceur, et les Bear’s Towers, tout en musicalité, faisaient planer l’espace dédié au chill et à la cuisine des food trucks, dans une atmosphère de long week-end. « C’est exactement ce qu’on espérait, se réjouit Luc Dubanchet, le directeur du Mondial de la Bière Paris. La craft beer, ça doit être la fête, pas un truc snob qu’on enferme dans une niche. C’est sur cette base qu’on va tous travailler pour l’année prochaine. »

MOB, PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Rendez-vous très bientôt sur www.mondialdelabiereparis.com pour tout savoir sur le Mondial de la Bière Paris 2020 et pour vous tenir informé de l’actualité de la bière artisanale. Checkez aussi le site www.omnivore.com ainsi que son Foodbook qui consacrent régulièrement des articles sur l’univers de la craft beer.