JANVIER 2018






Genève, le lundi 22 janvier 2018

Mario Garcia remporte le Bocuse d’Or Suisse

Ce lundi 22 janvier 2018, au Sirha Genève, s’est déroulée la sélection suisse du Bocuse d’Or, concours le plus renommé de la cuisine. Après 5 heures 40 d’épreuve et devant un jury d’exception, présidé par Joël Robuchon, c’est Mario Garcia, 27 ans, qui s’est imposé. Il représentera la Suisse, en juin, à Turin, à la sélection européenne du Bocuse d’Or.

Le niveau de la sélection suisse du Bocuse d’Or a été cette année encore, particulièrement élevé. Chacun des quatre candidats a donné le maximum durant la compétition et ils n’ont pas démérité en présentant au jury des plats d’une grande qualité, résultat des nombreux mois d’entraînement que chacun a réalisé de son côté. Mario Garcia, Christoph Hunziker, Dave Wälti et Thomas Wycisk, qui se sont lancés dès neuf heures en cuisine, ont donné des interprétations très différentes, que ce soit pour leur assiette, à base d’esturgeons et de crevettes, ou pour leur plat, composé d’une selle et de deux épaules d’agneau. Originalité, précision et soin du détail, voilà qui résume la prestation de ces quatre passionnés. Tous ont été récompensés d’un certificat et il aura fallu attendre 17 heures pour la proclamation des résultats.

Le jury dégustation n’aura pas eu, cette année encore, une tâche facile. Présidé par Joël Robuchon comme président d’honneur, et composé de vingt grands chefs du pays, dont Franck Giovannini et Anton Mosimann, le jury s’est laissé convaincre par la prestation de Mario Garcia.

C’est désormais avec le soutien du team de l’Académie du Bocuse d’Or Suisse que Mario Garcia va se préparer à affronter les meilleurs cuisiniers d’Europe, les 11 et 12 juin prochain, lors de la Sélection Europe du Bocuse d’Or. Il n’aura donc que peu de répit pour célébrer sa victoire et devra très vite reprendre les entraînements. Expérimenté des concours, notamment par son implication avec l’Equipe Nationale Suisse des cuisiniers, Mario Garcia, le gagnant, travaille à son propre compte pour son école de cuisine «cre/ate», à Horw, près de Lucerne.

Tout au long de cette journée de sélection du Bocuse d’Or, tout le monde a eu, bien sûr, des pensées émues pour le fondateur de la compétition, Monsieur Paul Bocuse, qui s’est éteint à l’âge de 91 ans, samedi, à Lyon. Il avait lui-même assisté à la sélection suisse du Bocuse d’Or, il y a quelques années, en tant que président d’honneur, avec Frédy Girardet, de l’Académie Suisse Bocuse d‘Or. Et si la cuisine perd son pape, l’aura de Paul Bocuse et ses enseignements perdureront encore bien après lui, tout comme le concours qui porte son nom auquel les candidats ont, aujourd’hui, rendu un vibrant hommage par la qualité de leur prestation. “Au revoir, Monsieur Paul et merci!”

Le menu du gagnant:

Esturgeon de Frutigen sauté au sérac aux herbes, fromage frais et poudre d’herbes aromatiques
Beurre blanc à l’estragon et huile de crustacés
Crevette tempérée à la limette et espuma de crustacés
Salade de pourpier, cresson et chou-fleur
Boule de céleri à l’esturgeon fumé et crumble céleri-cresson
Chou-fleur torréfié et iota, fond de céleri mariné et caviar des Alpes

***
Filet d’agneau aux morilles et chanterelles, manteau de sarrasin aux framboises, thym et lard, sauce aux airelles
Knödel d’épaule d’agneau et chou frisé, chanterelles, Cranberrys et noix de Macadamia
Salsifis en panade croustillante aux oignons, panko et colza
Corbeille de purée de salsifis et boule de Belp, pickle d’oignons
Butternut, chou vert, salade de doucette, truffe

Pour rappel, les candidats avaient 5 heures et 40 minutes pour réaliser:
– une assiette de poissons, composée de deux esturgeons et de crevettes 16/20 (16 à 20 pièces par kilo), avec des garnitures libres ainsi qu’une pièce entière, servie sur plat :
– a base d’une selle et d’une ou deux épaules d’agneau avec au minimum deux garnitures libres.